L'Enterrement (Festen... la suite)
© Stéphane Trapier
Partagez 

L'Enterrement (Festen... la suite)


texte Thomas Vinterberg, Mogens Rukov texte français, mise en scène et lumière Daniel Benoin avec Pierre Cassignard, Paul Chariéras, Mélanie Doutey, Dominique Labourier, Samuel Le Bihan, Mathilda May, Caroline Proust et la collaboration de François Marthouret
afficher toute la distribution

durée 1h50

12 oct. - 10 nov., 21:00
salle Renaud-Barrault

dimanche, 15:00
relâche les lundis et le 1 nov.


[PDF]> télécharger le dossier de presse

[ERRATUM Brochure > Alexandra Lamy ne fait plus partie de la distribution, elle est remplacée par Mathilda May.]

C’est vrai qu’on dit toujours qu’on hérite de toute la merde de nos parents.
Le Danois Thomas Vinterberg fonde en 1995 avec Lars Von Trier le concept du Dogme95. Manifeste en vue d’un nouveau cinéma dont la première oeuvre claque comme une gifle : Festen. Écrit et réalisé par Vinterberg, le film fascine et effraie le Festival de Cannes, où il reçoit le Prix du Jury. Daniel Benoin l’adapte, et en 2003, investit les rangées de spectateurs du théâtre, y installe un banquet de famille. Rappel des faits : lors d’une fête de famille, le fils Christian choisit de percer les abcès. Il annonce enragé et en public les viols répétés sur son corps d’enfant de son père présent. Bombe théâtrale dans le pavé des conforts petits-bourgeois de la famille franco-danoise. On pensait pouvoir enfin vieillir tranquille. Mais dix ans plus tard, Vinterberg s’acharne. Le Festen théâtral lui donne le goût de la scène. Il écrit pour le plateau une suite, reprend les mêmes figures, et les plonge dans une nouvelle fête de famille.
Cette fois-ci, on enterre le père. Le vieux pédophile est mort d’une mauvaise chute. Crise cardiaque. La famille se réunit. Les trois enfants sont là. On s’agite, on soutient une mère qui défaille, mais qui veut une veillée funèbre festive. On fait le point, on cuisine, on arrose le tout. On laisse faire le temps et les héritages pourris, les mesquineries et les haines. Mais un drame à nouveau explose et un nouvel abcès avec. Plongée profonde dans les ordures humaines. Directeur du Théâtre National de Nice, Daniel Benoin convoque les monstres de la tragédie grecque et les fous furieux des délires élisabéthains. Il rassemble pour cette farce féroce une distribution de prestige. Tous enterrent le père de Festen, mais accouchent d’un monstre plus terrifiant. Malédiction familiale.

production Théâtre National de Nice - CDN Nice Côte d’Azur, les auteurs sont représentés dans les pays de langue française par l’Agence MCR - Marie Cécile Renauld Paris en accord avec Nordiska, spectacle créé le 28 septembre 2012 au Théâtre National de Nice

20 minutes France 3 IDF Dailymotion Evene.fr