Théâtre sans animaux
© Stéphane Trapier

Théâtre sans animaux


texte et mise en scène Jean-Michel Ribes avec Caroline Arrouas, Annie Gregorio, Philippe Magnan, Christian Pereira, Marcel Philippot
afficher toute la distribution

durée 1h40

23 janv. - 23 mars, 21:00
salle Renaud-Barrault

samedi, 17:30 et 21:00
dimanche, 15:00
samedi 9 févr., 21:00
samedi 16 févr., 21:00
samedi 23 févr., 21:00
samedi 2 mars, 21:00
relâche les lundis et les 27 janv. , 5 févr. et 12 févr.


[PDF]> télécharger le dossier de presse

C’est vrai que si tu avais envie que je meure, je ne vois pas pourquoi on irait acheter un sèche-linge.
Jean-Michel Ribes aime « les étincelles des courts-circuits, les immeubles qui tombent, les gens qui glissent ou qui s’envolent, bref les sursauts. Ces petits moments délicieux qui nous disent que le monde n’est pas définitivement prévu et qu’il existe encore quelques endroits où la réalité ne nous a pas refermé ses portes sur la tête. Ces courtes fables, portraits, gribouillis, réunis sous le titre Théâtre sans animaux, sont une contribution à l’art du sursaut et un hommage à tous ceux qui luttent contre l’enfermement morose de la mesure ». Auteur, réalisateur, créateur sur les écrans ou sur les planches de Palace et Merci Bernard, de Brèves de comptoir ou Batailles, Musée haut, Musée bas ou de l’opéra-bouffe René l’énervé, Jean-Michel Ribes dirige le Théâtre du Rond-Point depuis 2002.
Triomphe à la création en 2001 au Théâtre Tristan Bernard, puis en tournée, Théâtre sans animaux enchaîne huit contes traversés par des tempêtes de cocasserie. Cinq comédiens prennent les chemins de traverse de l’absurde, hors de toute réalité. Un stylo à bille de trois mètres cinquante atterrit à l’aube dans le salon. Lors d’une visite au musée, un groupe se mobilise autour d’une question cruciale, pourquoi ne peint-on plus de carpes ? Comment arrêter de fumer quand on ne porte pas de perruque Louis XV ? Des gens, presque normaux comme tout le monde, s’interrogent sur la nécessité de s’appeler Bob, et visitent un salon de coiffure pour goélands. Par des brèches fantasques, ils s’évadent. Et les situations dérapent, et la parole se réinvente en rebonds. C’est la fête du coq à l’âne. Les gens raisonnables s’envolent, se détournent de la rigidité du langage, et visitent le pays réjouissant du non-sens.

[public aveugles et mal-voyants]> représentations des samedi 2 février à 17h30, dimanche 3 février à 15h et mercredi 6 février à 21h accessibles aux aveugles et mal-voyants
information et réservation pour ces représentations : Marie Plassat 01 44 95 98 16 / réalisation Accès Culture avec le soutien de la Mairie de Paris

[Vivez une expérience inédite et numérique de théâtre enrichi !]>
cliquez pour en savoir plus
avec la Direction des Nouvelles écritures et du transmédia de France Télévisions, en coproduction avec Camera lucida et La Blogothèque

> télécharger le dossier pédagogique réalisé par le CRDP

production Théâtre du Rond-Point / Le Rond-Point des tournées
publié aux éditions Actes Sud, collection Babel
Un grand merci à Marc Ladreit de Lacharrière, président de FIMALAC et fondateur de la Fondation Culture et Diversité (dont le Théâtre du Rond-Point s’honore de faire partie du comité de pilotage) qui poursuit avec enthousiasme et générosité son soutien à la création dramatique. Théâtre sans animaux lui est reconnaissant de l’aide qu’il lui a apportée. Jean-Michel Ribes

Télérama France Inter 20 minutes France 3 IDF Dailymotion Evene.fr Têtu Libération