La Maison d'os
© Stéphane Trapier


spectacle en tournée

La Maison d'os


de Roland Dubillard mise en scène Anne-Laure Liégeois avec Sharif Andoura, Sébastien Bravard, Olivier Dutilloy, Agnès Pontier, Pierre Richard
afficher toute la distribution

durée 1h45

29 mars - 11 mai, 20:30
salle Renaud-Barrault

dimanche, 15:00
relâche les lundis et les 31 mars , 7 avr. , 21 avr. , 1 mai , 7 mai , 8 mai et 9 mai


[PDF]> télécharger le dossier de presse

[ANNULATION]> Pour des raisons techniques indépendantes de notre volonté les représentations des 2, 3, 4 et 5 mai sont annulées.

Qu’est-ce que vous voulez que je fasse, après, moi, sans mon squelette ?
Couronné de Molières, du Grand Prix de l’Académie Française, du prix des Poètes ou de la SACD, Roland Dubillard signe à l’automne 2011 son plus mauvais coup : l’auteur des Diablogues meurt le 14 décembre. Quelques mois plus tôt, du vivant du bonhomme, Anne-Laure Liégeois avait choisi de mettre en scène La Maison d’os. Pierre Richard acceptait le rôle monstre du Maître. Et Jean-Michel Ribes programmait la pièce au Rond-Point, dix ans après le festival qui lui avait été consacré. Pleine comme un oeuf, La Maison d’os est un corps humain habité de frémissements, d’inquiétudes et de fêtes. Des mots, balancés comme des balles, repris, échangés, qui filent comme des étoiles dans des courants d’air frais. Ça vivifie. Tout un monde habité par un homme, le Maître. Lui-même habité par un monde. Plus qu’une oeuvre, La Maison d’os est un rêve à traverser, une expérience de féerie théâtrale. C’est un corps de théâtre explosé de tours de magie, d’explosions du langage qui consolent du monde inexplicable. En 1962, après Naïves hirondelles et Amédée, Dubillard signe une oeuvre à mille entrées, pleine de portes, d’alcôves, de canalisations, et de génie.
Anne-Laure Liégeois sait créer un monde miroir, hilarant et secouant, en phase avec les vivants chahutés par les catastrophes d’aujourd’hui. Récemment à la Comédie-Française, elle mettait en scène Une puce, épargnez-la de Naomi Wallace. Elle agitait la saison dernière, au Rond-Point, l’univers de la bureaucratie poisseuse avec Débrayage de Rémi De Vos et L’Augmentation de Georges Perec. Présents alors dans ces deux propositions, Anne Girouard et Olivier Dutilloy rejoignent les Valets de La Maison d’os. Anne-Laure Liégeois s’engouffre avec bonheur dans l’oeuvre fleuve, noire et lumineuse de Dubillard, auteur comique aux pièces remuantes.

production Théâtre du Rond-Point / Le Rond-Point des tournées, coproduction compagnie Le Festin, Théâtre de l’Ouest Parisien / Boulogne-Billancourt, publié aux éditions Gallimard

Télérama 20 minutes Arte Les Inrocks Libération